L'île de Papouasie est divisée en deux pays.(Voir carte de l'article : " Île de Waigeo et Waisai, sa capitale ") 
A gauche c'est la Papousie occidentale, capitale : Sorong, où se trouve l'archipel des Raja Ampat.
Et à droite, la Papouasie Nouvelle Guinée independante dont la capitale est Port Moresby.

Pour se rendre en Papouasie occidentale qui fait administrativement partie de l'Indonésie, les formalités sont les mêmes que pour ce pays.
A savoir qu'il n'y a plus de visa à payer comme par le passéà l'arrivée pour les européens.
Un passeport dont la validité va jusqu'à au moins 6 mois après la date de retour suffit.
Et c'est tout.
On peut se rendre à Sorong en avion par vol domestique depuis Manado, Makassar ou Jakarta.

Île de Waigeo, sud. Pour ce paradis-là, quelques précautions sont à prendre avant !

20170222_113426_HDR-1

Niveau santé (super important) :

Aucun vaccin n'est exigé. Il est cependant TRÈS recommandé d'avoir ses vaccinations de base à jour (diphtérie, tétanos, polio), avec si possible typhoïde, rage, hépatites.
Plus une bonne trousse à pharmacie ultra complète (Soit bien plus que le traditionnel Smecta et le panse-bobo !!!),
Un médecin vous prescrira tout ça, antibios compris pour tous types d'infections. La bonne vieille pénicilline est une bonne option car elles sert à la fois pour les infections dermiques (risque majeur après une simple éraflure) et toutes autres maladies infectieuses.
Penser aux anti-diarrhéiques, anti-douleurs, pansements et traitements pour les mycoses et les coups de soleil.
Pensez aussi que sous l'équateur le degré d' humidité est important toute l'année. A peu près la même météo tout le temps.
Du grand beau avec quelques pluies violentes parfois quotidiennes.
Les germes et bactéries raffolent de cet environnement si propice à leur gloutonnerie...

La malaria :
Très présente toute l'année. C'est même une des pires zones concernée de la planète.
Chacun est libre mais le traitement préventif est très recommandé. J'ai rencontré des touristes en pleine crise. Recroquevillés dans un lit avec une fièvre de cheval pendant tout leur séjour, vous avez beau être au paradis, c'est pire que l'enfer...
Sans compter tout cet argent dépensé pour en arriver là parce quoi vous l'avez deviné ? Les Raja c'est cher.

Globalement il existe trois traitements préventifs : 
- Le lariam (effets indésirables parfois ravageurs, à éviter). L'armée britannique l'a d'ailleurs banni pour ses troupes
- La docycicline (photo sensible, c'est at dire que ça accélère les coups de soleil !, délicat à moins de prévoir une ultra protection de ce côté-là, car en plus aux Raja ça cogne sérieux !)
La malarone : Le mieux toléré (sauf par moi hélas !). Problème : le prix. Compter 40 euros pour une dizaine de jour en tout. De plus le traitement commence 2 jours avant l'arrivée et se poursuit 1 semaine après le départ.

Pour les grands allergiques comme moi a tout traitement anti-paludéen, (ça m'a un jour valu une hospitalisation en urgence aux Philippines),  il existe des alternatives aux plantes (moins efficace mais mieux que rien...). Parlez-en à votre médecin..

Le révulsif insecte s'impose aussi à moins que vous ne souhaitiez ressembler au champignon de Walt Dysney tous les soirs.
C'est rigolo au ciné, un peu moins sur votre derme.
Indispensable aussi, une bonne moustiquaire (c'est très léger et pliable) en cas que celle de votre logement ait ...des trous !

Encore plus IMPORTANT :

Indiquez surtout à votre médecin car il doit en tenir compte pour votre trousse d'ugence, que les Raja Ampat se situent à deux jours de toute prise en charge médicale sérieuse.
Un jour pour regagner Sorong en ferry, un jour pour voler vers Bali ou Singapore (soins au top du top pour les deux destinations) ou vers Manado, le plus proche, 1h30 d'avion depuis Sorong.
Manado (île de Suwalesi en Indonésie) dispose d'un hôpital très correcte et surtout de la chambre de décompression, avis aux plongeurs, la plus rapidement accessible depuis les Raja Ampat.
Il est aussi très facile de voler depuis Manado vers Bali ou Singapore au cas ou vous souhaiteriez bénéficier par la suite d'une qualité de soins vraiment maximale.

Il est évidemment impératif d'avoir une bonne assurance de voyage qui inclut vos frais de santé. Et plutôt deux fois qu'une...

Souvenez vous enfin :
- Pas de crudités ou fruits que vous ne pelez pas vous même, pas de viande, poisson ou oeuf crus, jamais !
- Ne jamais vous balader seul sans guide local dans la jungle. Et cela même si vous venez de voir passer l'oiseau de paradis de vos rêves, donc la photo de votre vie !
- Ne soyez pas pieds nus, ni sur terre ni sous l'eau.
- Les chiens : Inoffensifs dans la grande majorité mais la rage est une réalité. Ne pas s'en approcher. Ils se trouvent en général près des habitations et donc des gens. N'hesitez pas à faire signe pour qu'on les éloigne pour vous. On ne vous refusera jamais cela.
- Ne jamais consommer de l'eau non purifiée, Ça c'est vital.
- Nettoyer le moindre bobo à la bétadine ou autre produit équivalent. Couvrez d'un pansement stérile. Recommencer 3 fois par jour jusqu'à complète guérison.

Le permis d'entrée aux Raja Ampat :
En voila une taxe qui n'est pas donnée pour un bout de plastique.

A hauteur du niveau de vie indonésien, 1 000 000 idr (70 euros) pour les etrangers et 500 000 idr (35 euros) pour les indonésiens, oui ça fait des sous

Mais :
1. c'est obligatoire, donc pas de resquille possible.
2. C'est pour la bonne cause !

Enfin ça c'est ce que nous chantent les beaux panneaux à l'arrivée du ferry au port de Waisai, capitale de Waigeo island.

Au travail des champs, Papouasie

20170216_115249

Parce ce que pour vous livrer le fond de ma pensée (qui ne peut s'empêcher de remonter à la surface), cet argent sert surtout à financer tous les programmes de protection de la faune et le la flore de rêve des lieux. Ce qui est une excellente chose. 

Mais la ou il y a légère tromperie, c'est que sur le panneau c'est bien écrit qu'une bonne part de cet argent pourvoit aux commodités des habitants.
Infrastructures, soins de santé et j'en passe.

Alors la, posons l'etendue du gag !
La seule et unique route de Waigeo, l'île-capitale ne va même pas jusqu'au village qu'ielle était sensée desservir.
J'ai fait l'expérience. 30 mns de nids de poule et de troncs d'arbre que le chauffeur de l'unique bus de l'archipel se casse le dos à enlever à mesure qu'il roule sur la dizaine de kilomètres de la pseudo route. Vous m'en direz des nouvelles.
Vous me direz, ça fait des distractions pour les passagers

Et les soins promis ? Parlons-en.
Oui il y a bien un dispensaire at Waisai. Vide !
En gros, une cage at poules (et je connais des poulaillers plus luxueux), sans même un seul pansement dedans .
Enfin ça c'est quand on a la chance de pouvoir y entrer, parce que c'est toujours fermé.
Et je met au défit n'importe qui de vouloir y recevoir autre chose que l'extrême onction.
Aller crever seul dans la jungle me parait plus doux que de se faire charcuter dans ce trou à rats, où l'aseptie est encore une très lointaine hypothèse.

En résumé, les Raja et toute la Papouasie occidentale aujoud'hui indonésienne, ça rapporte,
Ca grouille de ressources naturelles, de rêves de naturalistes et les touristes fortunes commencent a apparaître.
Les rares autres, comme nous, se saignent aux 4 veines pour s'offrir ce rêve. Et au bout du compte, c'est directo in the fouilles de l'état indonésien qui a annexe ce pays par la force dans les années 50 sans demander l'avis de son peuple.
Peuple qui n'est même pas asiatique. Il suffit de regarder leurs visage et d'ecouter leur musique aux relents polynésiens pour s'en apercevoir.

Hommes de la vallée de Baliem et leur culte des morts, Papouasie occidentale

20170216_115036-1

Alors non et re-non cet argent ne va nullement au peuple, qui n'a que ses croyances animistes, ses plantes et ses incantations pour se sauver du choléra, de la gangrène, des parasites intestinaux et des infections.
Parce que oui le choléra existe encore ici. Merci aux missionnaires crétins qui, il y a 2 siècles trouvèrent dégoûtant que les cochons mangent les excréments humains. C'était pourtant une méthode formidable en ancestrale pour endiguer la propagation des maladies.
On a interdit les cochons-sanitaires en Papouasie mais on ne leur a pas construit des toilettes pour autant.
Résultat les excréments voisinent avec l'eau de boisson et de terribles maladies déciment ce peuple encore aujourd'hui au 20 ème siècle.
Imagine-t-on encore dans nos sociétés modernes des hommes mourant encore de septicémie pour une ampoule au pied non soignée ?

L'envers de la carte postale est là. Je l'ai vu et il est parfois violent.
Je ne le montrerai pas, il n'est pas photogénique.

 Arrivée au port de Waisai, île de Waigeo

20170224_134230_HDR

Je ne veux pas faire de politique.
Mais juste souvenez vous que la meilleure façon d'aider ce peuple est de l'embaucher directement pour vos besoins sur place.
Besoin d'un guide ? d'un logement sur place ? d'un transport ? d'une plongée ? Par pitié ne faites pas appel aux luxueux resorts majoritairement sous le contrôle de riches étrangers. 
Allez vers ce peuple qui vous ouvrira son coeur, et vous fera connaître son pays infiniment mieux que n'importe quel tour operator.

Le Raja Ampat permit peut s'acheter à l'arrivée du ferry à Waisai, quelque soit l'heure de votre arrivée. Il vous faudra fournir un passeport et faire une longue queue pour l'obtenir.
Il est valable 365 jours à partir de son jour d'emission.